Normandie Impressionniste : quels impacts en cette année de crise ?

Expositions, art contemporain, photographie, spectacle vivant, musique, conférences… L’édition 2020 du festival Normandie Impressionniste vient de prendre fin. Avec la participation de 35 collectivités locales normandes, ce festival devenu au fil de ses éditions (2010, 2013, 2016) l’un des rendez-vous artistiques majeurs en France, a pour ambition de célébrer la création artistique sous toutes ses formes.

Par le contexte inédit provoqué par la Covid 19, le Groupement d’Intérêt Public Normandie Impressionniste a pour la 1ère fois fait appel à un cabinet externe pour mesurer la notoriété et l’attractivité du festival. C’est Gece, institut spécialisé en études de publics et d’impacts économiques qui a été chargé de les accompagner.

Normandie-Impressionniste-2020
©Normandie Impressionniste

Visiteurs, habitants, porteurs de projets… Tous les acteurs sondés dans un contexte inédit

En novembre, Gece a réalisé à la demande de son client une étude de notoriété et d’image, ainsi qu’une étude de fréquentation et d’impact économique. Avec plus d’1 million de visites, ces études se sont concentrées sur trois types de protagonistes :

  • Les habitants de la Région de Normandie et d’Île-de-France
  • Les publics ayant fréquenté l’édition 2020
  • Les porteurs de projets (musées, expositions, événements)

Ces résultats sont essentiels pour comprendre avec précision le comportement des festivaliers : profil, modes d’information, parcours de visite, satisfaction globale et par évènements/ateliers, dépenses… Le GIP Normandie Impressionniste a tenu également à sonder les porteurs de projets sur leurs motivations, leur perception et satisfaction du festival, leur programme dans 4 ans…

La diversité de ces retours éclaireront les organisateurs de Normandie Impressionniste sur la façon de consolider l’image du festival auprès des visiteurs actuels, d’étendre sa notoriété auprès de nouveaux publics et de faire face aux mutations engendrées par la Covid 19 dans le secteur culturel.

Menu